Le lundi, c'est le rendez-vous de Lakévio !

une image, un texte

Une image :

Chris-Aggs-Echo & Narcissus

Un texte :

Depuis le temps que je rêvais d’un petit haut fleuri. Il fallait que le printemps revienne pour que je le trouve. Il sera super avec mon cardigan assorti. Ça, je suis satisfaite. En revanche, l’autre sac… Il va falloir que je me décide à l’ouvrir à nouveau.

J’avais payé mon petit chemisier printanier, heureuse d’avoir trouvé le haut de mes rêves. J’aurais dû sortir du magasin à ce moment-là. Pourquoi suis-je montée à l’étage supérieur ?

C’était juste en face de l’escalator ; on ne pouvait pas manquer l’étagère. A mi hauteur, était déposé un écriteau, bien en évidence, qui annonçait la couleur : « Ni repris, ni échangé ». Dans de tels magasins de luxe, on ne dispose pas les soldes, vulgairement, dans un bac.

Une femme, très bien élégante, regardait les articles en connaisseuse. Je ne sais pas ce qui m’a pris, je me suis approchée et j’ai commencé à regarder ces articles dont je n’avais absolument pas besoin. Un motif de tissu attira mon regard. C’était un ensemble de fleurettes fines et délicates dans des couleurs harmonieuses. Je saisis la pièce et le contact me parut si agréable. Je regardais l’étiquette. Evidemment ; la soie sauvage offre une caresse douce à qui la touche. La femme à côté me jeta un regard. Et là, j’ai commis l’irréparable. J’ai foncé à la caisse avec la pièce de tissu dans une excitation teintée de bonheur et de victoire.

Voilà. Je ne me suis même pas assuré que la taille me correspondait. On a parfois des surprises avec cela.  Mais franchement ce n’est pas la question : je ne le porterai jamais, je le sais. Sur une superbe femme, peut-être. Mais avec ma morphologie, à mon âge, on tomberait dans le vulgaire. En plus, j’ai toujours trouvé cela si inconfortable ! Non, je n’ai jamais aimé cela. Le prix est excessif et cela va rester au fond d’un tiroir. Payer si cher pour regarder et toucher ce petit bout de tissu, quelle folie ! Je culpabilise maintenant.  Je suis même proche du dégoût de moi-même d’avoir cédé à cet élan de folie. Et comment vais-je justifier cet achat de string qui coûte la peau des fesses, à mon époux ?

©Véro des Rêves de Véro

 D'autres lectures chez Lakévio : clic