Le rendez-vous de Lakévio !

une image, un texte

 Une image :

Lin Fealing - Judy watercolors

Aquarelle de Lin Fealing 

Un texte :

-   Tu es radieuse. Tu respires le bonheur.

-   Merci. Oui, je suis heureuse.

-   Il faut dire qu’ils sont beaux nos petits-enfants.

Il a raison, nos enfants et nos petits enfants sont très beaux. Je ne me lasse pas de les regarder ;  quand je ne suis pas en leur présence, les photos de ma table de nuit m’accompagnent. Que serai-je sans eux ?

-   Tu te rappelles quand les enfants étaient petits ; les vacances au bord de la mer. Emilie et son petit seau d’eau qu’elle apportait à ses frères et sœur pour participer à la construction du château de sable.

-   Oh oui, je m’en souviens.

-   C’est si loin ; c’était le bonheur.

Anne ne répondit rien. Oui, c’était le bonheur.  Le bonheur d’avant. Celui du premier amour, le plus beau. Celui pour lequel on est prêt à tout, celui que l’on croit éternel. Ce bonheur, c’était celui d’avant. Avant qu’il ne partit pour une compagne plus jeune. Un matin, Pierre lui avait annoncé qu’il avait rencontré une autre femme et qu’il allait refaire sa vie avec elle, laissant son épouse désemparée, seule avec les enfants.

Il venait de se séparer de sa compagne (ou plutôt, elle était partie) et c’est donc seul qu’il était venu à  l’anniversaire des trente ans de leur cadette. C’était bien ainsi. De toute façon, Anne s’en souciait peu maintenant. Il y a bien longtemps qu’elle avait tourné la page. Après les pleurs, la déchirure, elle avait su faire bonne figure en public jusqu’à être enfin totalement guérie et retrouver la sérénité.

Alors, elle était heureuse aujourd’hui, au milieu des siens, vraiment décidée à croquer la vie à pleine dent. La table avait été dressée dans le jardin. Les enfants couraient dans les parterres de fleurs mais qu’importe ! Ils étaient si heureux…

-   Dis, je pensais… Nous pourrions reformer une belle famille.

Elle fut surprise de cette proposition mais n’en montra rien. Elle se contenta de poser sa main sur son bras :

-   Chut ! Ne dis rien, Pierre. Attends de voir tout à l’heure…

Quand vint le moment de découper du gâteau, elle se leva. Elle partagea le dessert, sous les rires et sourires. Puis elle proposa de porter un toast à « cette si belle journée » :

-   Mes enfants, mes petits- enfants. Je suis très heureuse de fêter cet anniversaire en famille. De nous voir tous réunis aujourd’hui est une très belle chose. Je garderai le souvenir de cette fête exceptionnelle.

Elle regarda son ex-mari dans un sourire. Il avait vieilli mais il gardait un charme fou. Elle retrouvait les traits qui l’avaient séduite, il y a bien longtemps. C’est drôle comment on reconnait l’autre même après une absence de plusieurs années. C’est comme s’ils s’étaient séparés la semaine dernière. Elle le regarda une seconde qui lui parut une éternité. Une seconde pour prendre la décision définitive. Quand elle fut certaine, elle reprit la parole :

-   J’ai quelque chose à vous annoncer : j’ai retrouvé l’amour. Je pensais que ce n’était plus pour moi, que c’était réservé aux jeunes gens… Mais, en cet instant, je suis si certaine de l’éprouver à nouveau que je veux partager cela avec vous.

Tout le monde la regarda avec surprise et joie. Elle était radieuse effectivement, cela n’avait échappé à personne.

-   Il s’appelle Jean.

 ©Véro des Rêves de Véro

D'autres versions sont à lire chez Lakévio : clic