Le rendez-vous de Lakévio !

 une image, un texte

 Une image :

Moses Soyer - Three girls - 1955

Moses Soyer - Three girls - 1950

Un texte :

Alice : Apprendre cela, maintenant. Je suis sous le choc !

Bertille : Et moi, donc.

Carole : Oui, la mort de papa …

Bertille : Tais-toi !

Alice : …Ne le prends pas comme cela.

Bertille : C’est facile pour toi. Mets-toi à ma place… Pourquoi a-t-elle fait cela, aujourd’hui…

Carole : La perte de son mari… elle a eu envie ou besoin de soulager sa conscience.

Alice : Oui… Mais ce n’était peut-être pas le moment de…

Bertille :Vous avez de la chance ; vous êtes deux.

Alice : Mais qu’est-ce que tu dis ? Nous sommes trois sœurs. Cela ne change rien.

Bertille : Mais si, ça change tout. Vous êtes deux sœurs ; je suis votre demie sœur. L’homme qu’on enterre n’est pas mon père.

Carole : Il t’a élevée. Il t’a cajolée. Il nous a aimées toutes les trois de la même façon. Nous sommes de véritables sœurs, ça ne fait aucun doute.

Bertille : Non. Une partie de mes gênes n’a rien à voir avec les vôtres. Nous ne sommes plus une famille…

Carole : Tu es dure. Oui, ton père n’est pas le même que le nôtre, d’un point de vue biologique, et pourtant nous sommes liées pour toujours… Tu ne peux pas rayer d’un trait tout notre passé. Tu ne peux pas renier notre vie ensemble.

Bertille : Vous êtes deux ; je suis seule. Je suis comme le vilain petit canard, l’intrus, l’erreur…

Alice : Ecoute-moi ; ici, s’il y a quelqu’un à plaindre, ce n’est pas toi, c’est nous. As-tu bien écouté le récit de maman ? Dans cette vie racontée en quelques mots, n’as-tu pas entendu que tu es la plus chanceuse de nous trois ? Ne comprends-tu pas que toi, tu es l’enfant de l’amour. Nous, nous sommes le fruit des conventions : un mariage de raison, des naissances plus ou moins voulues. Nous n’avons pas été malheureuses, il est vrai ; nos parents nous ont aimées toutes les trois et notre enfance a été joyeuse. Mais toi, tu as ce qui fait la différence, ce qui fera ta force : tu es le fruit d’un amour fou, véritable. Ne l'oublie jamais.

D'autres histoires sont à découvrir chez Lakévio : clic