Le rendez-vous de Lakévio !

 logo une histoire, une image

 Une image :

norman rockwell

Norman Rockwell

Les sourires peuvent cacher bien des choses
ou révéler d'heureux ou surprenants moments...
A quoi (à qui) pense donc Anna ?
A qui  (à quoi) pense donc Edmond ?
Je suis sûre que vous savez.

Un texte :

-        S’il savait mon Edmond. S’il savait…Cela ne servirait à rien de lui avouer maintenant qu’il n’était pas le garçon dont je rêvais à l’époque. Je me souviens. J’étais allée au bal du quartier avec ma sœur pour chaperon (impossible de m’en défaire) dans l’intention de dévoiler à Richard que j’en pinçais pour lui. Enfin, en pincer n’est pas le bon mot : je me consumais d’amour pour lui. Il ne semblait pas insensible à mon charme, d’ailleurs. J’étais allée à cette soirée, bien décidée à faire un pas vers lui. Il n’est pas venu. Qu’est ce que j’ai pleuré par la suite, une fois ma porte de chambre refermée… Et les semaines suivantes encore. Et cela malgré la gentillesse d’Edmond. Car c’est là que je l’ai rencontré. Je l’avais déjà aperçu mais je ne lui avais jamais adressé la parole. Il a fallu que Richard soit absent, pour que j’accepte une danse avec Edmond. J’ai souri, enivrée autant par la tristesse que par le mouvement endiablée de la danse. Quel étrange sentiment ! Edmond a persévéré à me faire la cour les jours suivants. J’avais la tête ailleurs mais je m’appliquais à ne rien montrer. Je n’ai jamais revu Richard, c’est incompréhensible. Comment un jeune homme de vingt ans a t'il pu se volatiliser ainsi ? Il a fallu du temps, beaucoup de temps et parfois même encore aujourd’hui… Mais j’ai eu une belle vie avec Edmond. Il a su me consoler et me passer la bague au doigt.

 

-        A quoi pense mon Anna ? Mon noeud papillon est-il de travers ? Ou est-ce ma pochette qui ne lui plaît pas ? L’élégance, toujours… Quand je repense à ce bal, celui où je l’ai invitée à danser. Je m’en souviens comme si c’était hier. Elle aimait Richard, c’était évident. Je l’avais rencontrée à plusieurs reprises alors que j’étais avec lui mais elle ne me voyait même pas. Il n’y avait que lui au monde, dans son monde… Une chance qu’il ait accepté mon pacte ; je n’aurais pas eu cette belle vie avec mon Anna adorée s’il n’avait pas joué le jeu. Je lui dois tout… Même s’il regardait Anna avec désir, son attachement s’est vite dilué dans les bras de ma cousine éloignée. Il y a belle lurette que je n’ai pas eu de ses nouvelles ; il faut dire que l’aventure avec elle n’a duré que quelques semaines. Il était comme ça Richard ; un séducteur insatiable… Oui, une chance qu’il accepte de ne pas venir à ce bal pour me laisser le champ libre. Je lui ai expliqué que j’avais des sentiments pour Anna. Que j’étais fou d’amour pour elle depuis fort longtemps, en silence. Et que ma cousine était avenante (et peu farouche !) Il a éclaté de rire et a dit en me tapant l’épaule : « Mon pauvre Edmond, je ne vais pas te gâcher cette soirée ; je ne voudrais pas avoir sur la conscience ton célibat éternel ! Tente donc ta chance ; qui sait ? » 

D'autres versions sont à découvrir chez Lakévio : clic