Le rendez-vous de Lakévio !

logo une histoire, une image

Une image :

Andrew Wyeth - snowy morning

Andrew Wyeth - Snow morning

Un texte :

 -Léon, tu viens manger ?

-…

-Léon ? Tu m’entends ?

-Oui, la mère. J’avais posé le talkie walkie dans la banquette et il était tombé, caché sous les coussins.

-C’est prêt ! Tu viens manger.

-Oui, oui, j’arrive. »

Léon reposa le talkie Walkie sur la table. Ici, au bout de la terre, il ne fallait pas compter sur un quelconque réseau. Quant à internet, ni lui ni sa femme ne savait vraiment ce dont il s’agissait. Le talkie walkie trouvé au supermarché avait été une bénédiction. C’est que Marie n’avait plus ses jambes de vingt ans et grimper les marches du phare était devenu difficile pour elle. Lui-même sentait le poids de l’âge et ne descendait plus que par nécessité extrême, ménageant ses articulations.

Ce phare, c’était toute leur vie ! Pourtant, il allait bientôt fermer ses portes. Léon se hâtait dans l’escalier. Il savait quelle serait cette soirée de Noël . Il allait manger son repas à toute vitesse et contrairement à la majorité de la population de ce côté-ci de la planète, il ne se laissera pas tomber dans le canapé pour digérer. Non. Il retournera au plus vite dans le phare.

La passerelle couverte conduisant à la maison était une bonne idée. Mais bientôt, elle ne sera plus empruntée. Heureusement, ils pourront continuer à vivre dans la maison. Le phare sera automatisé et le logement ne sera d'aucune utilité à l’entreprise propriétaire du phare. Ils pourront donc rester dans cette maison qui fut celle de Léon depuis sa naissance. Peut-être auront-ils l’occasion d’offrir une tasse de café à un technicien qui viendra contrôler ou dépanner le phare de temps à autre.

Dans quelques jours, Léon n’aura plus à scruter l’horizon avec des jumelles. Mais il observera les étoiles. Il sait que Marie lui a offert un télescope pour Noël. Il l’a trouvé dans la remise alors qu’il cherchait un seau. La boîte était recouverte d’un sac de toile de jute. Il n’a rien dit pour ne pas attrister Marie. Il feindra la surprise ; ce cadeau lui fait vraiment plaisir. Il pense au trésor qu’il a déniché pour Marie et sourit.  Elle va être heureuse sa compagne de toujours… Après l’échange des cadeaux, il remontera dans son phare et essaiera comme tous les soirs depuis ses treize ans, à voir l’incroyable dans l’immensité obscure.

Le soir du Noël de ses douze ans, il avait accompagné son père qui occupait cette fonction de gardien de phare avant lui. Ils étaient entre hommes, laissant les filles s’endormir sur le rêve de surprendre le père Noël leur déposant les cadeaux au pied du sapin. Léon n’y croyait plus bien sûr ; le garçon préférait accompagner son père dans une nuit blanche. C’est là que c’était passé l’impensable. Il était seul, son père s’étant absenté quelques instants quand il vit quelque chose dans le ciel.  Ça avait été furtif, quelques secondes mais il était certain de lui. Son père l’avait retrouvé silencieux, statufié en haut du phare.

« Ça va fiston ? »

Léon avait répondu « oui » sans rien raconter de ce qu’il avait vu. On sent quand on risque de se mettre en danger. Il s'était tu. Mais depuis, tous les ans, il était remonté le soir de noël dans le phare dans l’espoir de le revoir. Jamais il n’en a parlé. A personne. Qui le croirait ? Pourtant, il était certain d’avoir vu le traîneau du père Noël , avec les rennes traverser le ciel. C’était fantastique. L’image était gravée en lui avec toujours la même intensité.  Il pensa au télescope ; c’était vraiment un merveilleux cadeau…

 

D'autres versions chez Lakévio : clic

(Je mettrais les vacances à profit pour rattraper les rendez-vous manqués)