Le rendez-vous de Lakévio !

logo une histoire, une image

Une image :

-joshua-miels-1

Toile de Joshua Miels 

Une consigne :

Il est des hommes, lorsqu'on les aborde, avec lesquels les approches, les temps morts qu'exigent les règles de politesse, n'ont pas de sens, parce que ces hommes vivent en dehors de toute convention dans leur propre univers et qu'ils vous attirent aussitôt.

extrait de  Le Lion de Jodeph Kessel

Admiration, fascination, amour, amitié...

Vous inclurez la phrase citée dans le portrait de votre choix.

une histoire :

Le directeur avait toute la prestance nécessaire pour représenter la prestigieuse entreprise qu’il dirigeait. Il possédait un charisme qui allié à sa beauté, servait parfaitement les desseins de cet être extraordinaire. Il fascinait tout le monde et cela à divers titres.

"Il est des hommes, lorsqu'on les aborde, avec lesquels les approches, les temps morts qu'exigent les règles de politesse, n'ont pas de sens, parce que ces hommes vivent en dehors de toute convention dans leur propre univers et qu'ils vous attirent aussitôt." Il en était. Il avait institué un art de vivre l’entreprise, peu commun qui ne manquait pas de susciter les interrogations aussi bien dans sa manière de gérer les affaires de la société prospère que dans ses rapports avec les autres humains, pour le moins étrange. En effet, il avait instauré des règles particulières. Dès qu’il arrivait dans l’entreprise, tous les salariés devaient disparaitre pour lui laisser le passage libre, ce qui à chaque annonce de sa visite, créait une véritable psychose parmi les employés. Ils le savaient tous : quiconque dérogeait à la règle était lourdement sanctionné. Il avait la réputation d’un patron tyrannique.

Bien sûr, il était en contact avec quelques-uns d’entre eux, c’était inévitable. Mais pour s’assurer que personne ne tenterait de l’approcher plus qu’il n’était nécessaire, il tenait toujours une matraque rétractable à la main qu’il pointait en direction des contrevenants. Dans ces conditions, la politesse paraissait bien dérisoire et chacun dans ses échanges avec lui, allait à l’essentiel.

On ne lui connaissait aucun ami, on ne lui connaissait aucune liaison amoureuse ce qui ne manquait pas de surprendre. En dehors de sa rare présence dans l’entreprise, il vivait reclus dans sa magnifique propriété. Mais quel mystère pouvait cacher cet être étrange ? Chacun des employés voulait le savoir.

Et vous ?

Si vous voulez la réponse, allez visionner le premier quart d'heure du drama coréen (sous titré) I'm not a robot. Mon ado me l'a fait découvrir et mon côté fleur bleue a succombé (qu'il est bon de se sentir à nouveau ado parfois...) J'en ai zappé tous les rendez-vous du blog...

Si vous aimez les histoires d'amour, drôles... ou les drôles histoires d'amour... ou les histoires de drôles d'amour , je vous conseille les seize heures de série sur Netflix ou sur le net (accès gratuit mais avec pub !). C'est à prendre au second degré, et pourtant, les messages délivrés sur les sentiments sont essentiels.

Prévoyez une petite boîte de mouchoirs papier que vous jetterez bien vite, promis !