Les Rêves de Véro...

19 juin 2017

Une image, une histoire # 22 2017

Une image, une histoire, le jeu de chez Lakévio.

une image, un texte

Une image :

PORTRAIT

Un texte :

-  La journée la plus émouvante de ma vie. Je me souviens avoir pleuré. C’était magique ; je me suis senti devenir homme pour de vrai. Je m’en souviens comme si c’était hier.

-  La première fois ? Parce qu’il y en a eu six de fois ! J’étais au café avec mes amis, une partie de cartes du dimanche matin. Les femmes étaient à la messe… sauf la mienne ! Le temps d’aller la voir puis je suis retourné au café où j’ai payé des tournées tout l’après-midi.

 - Je l’ai appris longtemps après. Trois ans exactement. J’ai vécu longtemps à l’étranger. Puis lors d’un passage par Paris, je restais chez des amis, je l’ai vue dans un parc. C’est là que j'ai compris.

 -  J’étais dans le sud de la France. Le boulot, toujours le boulot ! Il le fallait bien si on voulait manger et se loger.

-   C’était le lendemain de notre mariage. Parfait : on a pu faire la fête avant. On l’a fêté en avance, en quelque sorte. 

-   Après mon opération ; avant j’étais sa maman.

 - La dernière fois ? J’étais déjà grand père. Une fois. Les deux dans les bras en même temps : troublant. Mais quel bonheur !

 Micro trottoir réalisé le dimanche 18 juin sur le marché du 12ème arrondissement de Paris, entre 10h et 11h, dans le cadre de notre rubrique « le jour où… » Thème de la semaine : « Le jour où vous êtes devenu papa. »

©Véro des Rêves de Véro

D'autres versions sont à découvrir chez Lakévio : clic 

Posté par Vero reve à 06:58 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags : ,


18 juin 2017

Etole mauve

Oui, il fait très chaud et je crochète encore des étoles. Mais quand le soleil disparait, le soir, ils sont appréciables ces ouvrages.

echarpe mauve becharpe mauve g

Si, si, c'est la même étole ! Pas facile à photographier dans sa bonne couleur.

echarpe mauve cecharpe mauve a

La véritable couleur (enfin !)

echarpe mauve h
Fil avec des touches multicolores.

echarpe mauve i
Deux pelotes trouvées dans une solderie : Bali de Miss tricot filati, crochet n°3
160 cm x 20 cm (au plus large). Point de coquille et deux glands.

Posté par Vero reve à 09:36 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : ,

17 juin 2017

Projet 52 semaines en photo # 25 2017

 Le rendez-vous des Bottes Rouges !

 Thème de la semaine :

Ma copie : 

proj au bord 17

Une voie royale vers les jets d'eau.

Quand on est enfant, qu'on vit en ville et qu'on a à disposition une fontaine, les jours de grosse chaleur, il est bien tentant de jouer au bord de l'eau. Il doit être difficile de résister à l'envie de se déchausser et d'aller patauger. Ces deux-là sont bien sages ! Des hydrophobiques ?

D'autres au bord de l'eau sont à découvrir chez Carole : clic

Posté par Vero reve à 14:04 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags : ,

12 juin 2017

Une image, une histoire # 21 2017

Une image, une histoire de chez Lakévio.

une image, un texte

 Une image :

Robert Kenton Nelson

Un texte :

Quelle canicule ! C’est difficilement supportable. Par chance, ma maison est à l’ombre à cette heure de début d’après-midi. Je regarde le hamac ; il y a des années que je ne peux plus me hisser seule, dedans. Les années ont apporté leur lot de misères et je ne m’y installe plus que quand quelqu’un m’y aide.

J’aurais bien fait une sieste mais quelque chose me tient éveillée : cette chaleur me porte sur les nerfs… Je vais boire un verre d’eau et je tenterai de m’allonger un moment tout de même… Tiens, mais que fait Zelda dehors ? Où va-t-elle de ce pas rapide ? Ce n’est pas normal. Mince, je ne pourrais jamais la suivre à pied. Mais en voiture, si.

Martha sauta aussi rapidement qu’elle le put dans sa voiture et démarra. Elle sentait qu’elle devait le faire. Elle sortit de l’allée, mais elle ne voyait plus la jeune femme. Elle décida de prendre la direction du centre. Très vite, elle aperçut Zelda sur le trottoir. Elle marchait toujours d’un bon pas, très déterminée. Martha ralentit à son niveau et baissa la vitre :

« Zelda, où vas-tu ainsi ?
-  Bonjour Martha. Tu m’as fait peur.
-  Tu ne m’as pas répondu : que fais-tu là, en pleine canicule.
-  Je vais chercher un marmiton.
-   … ? …Tu vas  chercher un marmiton ?
-   Oui. Ce midi, papa a demandé à maman, ce dont elle aurait besoin parce qu’elle est très fatiguée. Elle a répondu « un bon marmiton. » Alors, je vais en chercher au centre-ville. Il y en a bien là-bas, hein ?
-   Pas certaine mon enfant. Dis, tes parents dorment ?
-   Oui, ils font la sieste.
-   Il faut rentrer Zelda. Monte dans la voiture.
-   Non. Je ne rentrerai pas tant que je n’aurais pas de marmiton. »

Martha connaissait Zelda ; elle ne renoncerait pas. La vieille dame vit l’impasse dans laquelle elle était ; elle souffrait terriblement de la chaleur et voulait rentrer se mettre à l’abri. Mais que faire ? Elle n’allait pas abandonner Zelda. Et la fille n’accepterait jamais de monter en voiture sans…

« Ecoute, Zelda. Nous allons voir à la droguerie et acheter une marmite pour ta maman ; ça te va ?
-  Une marmite ? »

Marmiton, marmite. Marmite. Cela sonnait presque comme un marmiton. Elle réfléchit : maman serait certainement contente.

« Oui, je suis d’accord. »

Martha soupira. Zelda monta en voiture et elles se dirigèrent vers le centre-ville.

©Véro des Rêves de Véro

D'autres versions sont à lire chez Lakévio : clic

Posté par Vero reve à 07:00 - - Commentaires [15] - Permalien [#]
Tags : ,

Une image, une histoire # 20 2017

Une image, une histoire le rendez-vous de chez Lakévio

une image, un texte

Une image :

 Darren Thompson

Un texte :

Je déteste ce lieu : espace exigu où nous sommes tous trop près l’un de l’autre, avec un mélange d’odeurs écœurantes. Tu parles que c’est agréable ! Et puis, il y en a toujours un pour te coller de trop près : beurk ! Où vont-ils donc, tous ? Ceux qui travaillent sont déjà au boulot. Mais ceux-là  en milieu de matinée ?

Le trajet en bus eut été trop long, alors tant pis, j’ai cédé au côté pratique du métro ; j’ai tant hâte d’arriver au musée. Il faut vraiment que je veuille voir cette œuvre en vrai. La reproduction du livre m’a toujours fait rêver. Il ne faut pas passer à côté de cette chance de la voir en volume, de pouvoir tourner autour. Je pourrai en saisir chaque détail, chaque nuance. Cette sculpture me fascine tant.  Si le gardien tourne la tête, je pourrai l’approcher de très près. Peut-être même la toucher du bout des doigts. Et si le ciel est avec moi et que le gardien s’éloigne dans l’autre salle… et bien, je caresserai les fesses à cet Apollon de marbre qui hante mes pensées jour et nuit.

©Véro des Rêves de Véro

D'autres versions sont à lire chez Lakévio : clic

Posté par Vero reve à 06:53 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : ,