Le rendez-vous de Lakévio !

 

une image, un texte

 

une image :

James Durden, été à Cumberland (1925)

James Durden

un texte

Mais que peuvent-elles bien se raconter ? Cela fait maintenant plus d’une heure trente qu’elles sont là, à discuter dans le salon. Si j’avais su, je n’aurais pas proposé à Linda de venir lui faire la conversation. Elles se connaissent à peine.

Qu’a-t-elle donc à raconter, ma tante à ma soupirante ? Je ne l’ai jamais vue aussi bavarde. Se sont-elles lancées dans une discussion sur le monde en général : les prix qui augmentent, les saisons qui ne sont plus, le thé noir ou le blanc ?

Lui raconte t’elle des ragots de village parvenus jusqu’à elle par ses amies ou les domestiques ? Les rumeurs vont si bon train dans cette mini société où tout le monde connait tout le monde… ou bien l’espionne.

Parlent-elles de mariage ? Celui de tante Henriette ne fut pas heureux… Linda l’écoute si attentivement. Elles semblent si sérieuses…

Ou alors, elle lui livre un secret de famille que j’ignore. Tante Henriette vieillit et a peut-être trouvé en ma Linda une oreille bienveillante.

A moins que ma fiancée ne soit mise au courant de mes frasques de jeunesse. Mais ça, c’est du passé. C’est déloyal ! Je vais m’approcher un peu :

«Avec un tel bagout » entendit-il de la bouche de sa tante.

Oui, c’est ça ; elles parlent de moi, bon sang ! Je vais m’approcher encore. Aïe, saleté de rosiers !

" Il semblerait que votre neveu soit de retour, ma chère Henriette.

-  Oui. Mon neveu doit être affamé. Allons déguster ce ragout, le meilleur au monde. Je vous en livrerai le secret une autrefois. Vous avez bien noté toutes les autres recettes, Linda ?"

 

©Véro des Rêves de Véro

D'autres versions sont à découvrir chez Lakévio : clic